Grands chantiers achevés
  • abc Fourniture de manuels et guides du maître en français et en mathématiques à toutes les écoles primaires Pour accompagner la mesure de la gratuité de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire, le gouvernement, grâce aux appuis du Projet Éducation et Renforcement Institutionnel (PERI) a fourni plus de 3 000 000 de manuels et guides du maître
    Cette action a permis d’améliorer le ratio manuel/élève, essentiellement en calcul et en lecture. Il est passé de  1,78 pour le calcul et 1,04 pour la lecture au cours de l’année scolaire 2012/2013 contre 0,47 en 2009 pour chacune des disciplines.
  • abc Elaboration du schéma directeur des formations et mise en œuvre d’un premier plan pluriannuel de formation Le département s’est doté en 2009, d’un schéma directeur des formations pour le renforcement des capacités des personnels enseignants et d’encadrement sur la base d’un plan pluriannuel de formation.
    Dans ce cadre, les actions ci-après, visant l’amélioration de la qualité des enseignements et des apprentissages sont à relever :
    la formation initiale des enseignants est reprise dans les ENI et est rendue obligatoire ;
    la formation initiale de rattrapage de plus de 11 000 enseignants auxiliaires du préscolaire et du primaire sans formation initiale ;
    la formation de plus de 4 500 directeurs d’écoles en gestion administrative et pédagogique des établissements ;
    la requalification de 5 000 enseignants volontaires titulaires d’un diplôme professionnel ;
    la construction de cinq (5) nouvelles écoles normales d’instituteurs à Tabligbo, Adéta, Sotouboua, Niamtougou et Dapaong, qui viennent s’ajouter à celle de Notsè portant ainsi leur nombre à 6 ;
    le renforcement de l’effectif des personnels d’encadrement avec la formation initiale de 30 inspecteurs et 70 conseillers pédagogiques du préscolaire et du primaire, 62 inspecteurs de l’enseignement secondaire général et 138 professeurs d’écoles normales d’instituteurs.
  • abc Elaboration d’une nouvelle stratégie de construction scolaire basée sur l’approche communautaire La décision de rendre l’éducation préscolaire et l’enseignement primaire gratuits a pour corolaire un accroissement des effectifs des élèves dans les établissements publics, d’où la nécessité d’accroître les capacités d’accueil des écoles.
    C’est pour optimiser les différentes expériences acquises en matière de construction d’infrastructures scolaires que  le département s’est doté en 2010, d’une nouvelle stratégie de construction scolaire basée sur l’approche communautaire avec une implication des communautés à travers les comités de gestion des écoles primaires publiques (COGEP),  dans la passation des marchés.
     
    Cette stratégie vise à renforcer des capacités du ministère dans la mise en œuvre des programmes de construction d’écoles  tout en permettant de  réaliser des économies sur les coûts des infrastructures. Expérimentée dans le cadre de la première phase du Projet Education et Renforcement Institutionnel (PERI), elle sera étendue aux nouveaux projets de construction d’infrastructures scolaires au sein du ministère.
     
    Au titre des résultats obtenus, on peut citer la réalisation d’économies d’échelle qui ont permis de porter l'objectif principal de 815 salles de classe à 999 salles de classe, soit un gain de 182 salles de classe additionnelles. Elle a aussi permis un important développement de capital humain. Plus de 260 COGEP ont été formés, et au sein de ces communautés, plus de 400 personnes ont acquis une capacité d’Agent Porteur de Dynamique Communautaire (APDC), une capacité d’animation, de communication et de mobilisation sociale.
  • abc Projet Education Pour Tous au Togo (EPTT) Le Projet Education Pour Tous au Togo (EPTT) , d’un montant de 10 000 000 d’Euros, signée le 20 juin 2008 entre le Gouvernement Togolais et l’Agence Française de Développement (AFD) pour une durée de quatre ans.
    Le Projet Education Pour Tous au Togo (EPTT) est le fruit de la convention de financement CTG 3009, d’un montant de 10 000 000 d’Euros, signée le 20 juin 2008 entre le Gouvernement Togolais et l’Agence Française de Développement (AFD) pour une durée de quatre (4) ans. Le projet s’articule autour de trois principaux objectifs notamment :
     
    Objectif 1 : Consolider la cohérence du programme sectoriel de l’éducation et renforcer le pilotage du système éducatif par les services centraux et déconcentrés;
    Objectif 2 : Améliorer la qualité de l'enseignement primaire par la formation initiale et continue des enseignants et de leur encadrement ;
    Objectif 3 : Réduire les disparités de scolarisation par l'amélioration de la scolarisation dans la région des Savanes.
    Ces objectifs sont déclinés en cinq composantes qui  seront exécutées simultanément:

    Composante 1 : Consolidation du plan sectoriel de l’éducation et du système éducatif
    Cette composante aide le Ministère à amorcer et/ou étendre leur réponse au défi de l’éducation.

    Composante 2 : Amélioration de la qualité de la formation initiale et continue des enseignants
    Cette composante vise à accroître la qualité de la formation initiale et continue des enseignants.

    Composante 3 : Réduction des disparités géographiques et de genre dans la région des Savanes
    La réduction de la disparité géographique passe par l’amélioration de la demande et l’offre éducative, par un appui institutionnel à la Direction Régionale de l’Education, aux inspections, à l’encadrement de proximité, et un appui ciblé à 200 établissements en difficulté.

    Composante 4 : Le renforcement des capacités
    Cette composante vise à renforcer les compétences du Ministère dans les fonctions de conception, planification, programmation, pilotage et suivi.

    Composante 5 : Divers et imprévus
    Cette composante permet de pallier à l’avenir les possibles différents budgétaires de réalisation au niveau des quatre premières composantes.

    Le projet a pris fin en 2012.